Après les chiens guides d’aveugles, les chiens du silence guident les sourds

Les chiens guides d’aveugles sont une solution extrêmement répandues pour favoriser l’autonomie des personnes malvoyantes ou aveugles. Mais qu’en est-il des individus atteints de surdité ? Déjà connus depuis une dizaine d’années aux États-Unis, au Canada ou encore au Royaume-Uni, les chiens écouteurs sont une précieuse aide pour les malentendants. Peu connus en France, l’association « Les chiens du silence » tente d’y remédier.

Surmonter la surdité : les « chiens du silence »

Si les formations pour chiens guides d’aveugles sont multiples en France, il n’en est pas de même pour les chiens écouteurs. En partant de ce constat, Cathy Bire et son mari se sont lancés dans la création de l’association « Les chiens du silence » en 2010. À Escondeaux, dans les Hautes-Pyrénées, les chiens écouteurs voient le jour afin de pouvoir pallier le handicap auditif des personnes sourdes et malentendantes. Les oreilles des chiens remplacent les oreilles des hommes pour leur permettre d’accéder à une meilleure autonomie au quotidien.

L’individu touché par ce handicap souhaitant bénéficier de l’un de ces accompagnateurs canins doit faire la demande auprès de l’association. Une carte d’invalidité doit être fournie ainsi que l’envoi d’un dossier rempli. Après validation de la commission d’attribution de l’association, un chien est remis gratuitement. Depuis son commencement, l’association a fourni 24 chiens.

Une formation rigoureuse

Le centre se concentre sur la formation de bergers australiens qui se démarquent par leur capacité auditive à distinguer les sons. De plus, ils possèdent un gabarit adéquat (50cm au garrot en moyenne) et sont aussi reconnus pour leur calme et leur sociabilité. Leur formation consiste d’une part à l’obéissance et d’autre part à l’indication de sons.

Lorsque que les futurs chiens du silence ne sont encore que des chiots, ils sont envoyés seize mois dans une famille d’accueil. Par la suite, ils rejoignent les locaux de l’association pour suivre leur formation de six mois. Leur leçon principale est de savoir reconnaître les sons du quotidien, au minimum 30, afin de pouvoir assister la personne dans le besoin. Ils doivent également apprendre à réagir aux ordres oraux de leur futur maître mais aussi au moins à 10 ordres de la LSF (Langue des Signes Française). Pour finir, ils sont dressés afin de supporter le stress de la foule des lieux publics.

Les chien écouteurs, des oreilles au quotidien

Une fois remis aux personnes nécessitantes, les chiens écouteurs seront un soutien auditif. Ils assisteront les sourds et les malentendants dans des situations de tous les jours en prévenant leur maître en cas de sonnerie de réveil, du téléphone, d’interphone, de pleurs ou d’appels d’un enfant ou encore d’interpellation dans la rue… Mais surtout, leur aide permet de se prémunir du danger puisqu’avec le disfonctionnement de l’ouïe, les éléments en dehors de leur champ de vision n’en sont que plus dangereux comme le klaxonne ou le freinage d’une voiture. Ces petits compagnons seront aussi un soutien moral en empêchant les individus touchés par ce handicap de se sentir isolés socialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *