EHPAD en France : le site logement-seniors.com fait le point

Plateforme consacrée au logement des séniors, le site logement-seniors.com a publié une infographie en mai 2017 afin de faire le point sur les EHPAD. Le constat est alarmant : face à une population française vieillissante, les places sont déjà réduites. Qu’adviendra-t-il dans un futur proche ?

Un doublement du nombre de séniors d’ici à 2040 : un challenge pour la société civile

Selon l’INSEE, les personnes âgées représentaient 21% de la population française en 2016, soit 15,7 millions de personnes. Un chiffre qui devrait doubler d’ici à 2040, puisqu’elles constitueront alors 32% de la population totale, soit 22,6 millions de personnes. Cette augmentation spectaculaire de la population des personnes âgées à moyen terme pose un certain nombre de questions sociétales. Pourraient ainsi être remises en question les approches françaises en matière de retraites et d’épargne, de traitement de la dépendance et… de logement. En effet, la question de la perte d’autonomie est étroitement liée à celle de la recherche d’un lieu de vie adapté. Et s’il existe déjà une réponse en la matière avec les 7 883 Etablissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD) existant aujourd’hui en France, cette offre peut – et doit – faire l’objet d’une réévaluation au regard des changements démographiques à venir.

Les EHPAD aujourd’hui en France : une moyenne de 10 lits pour 100 personnes

La situation actuelle des EHPAD frappe tout d’abord par le décalage financier entre le coût d’un tel hébergement et le budget dont disposent les personnes âgées. Dans un EHPAD privé, le tarif d’hébergement moyen est de 1 810 €. Dans un EHPAD public, il s’élève à 1 708 €. Deux solutions qui se heurtent à la réalité budgétaire des séniors français, puisqu’une retraite mensuelle moyenne s’élève dans l’Hexagone à 1 322 €. Ce delta est pour l’instant comblé par les différentes aides (APA, APL, Aides sociales) mais pour combien de temps encore ?

Dans un second temps, l’infographie révèle le déséquilibre frappant entre l’offre et la demande. Un déséquilibre illustré par des disparités géographiques (il existe 250 EHPAD pour le seul département du Nord, contre 25 EHPAD dans le département des Hautes-Alpes) mais également par un nombre insuffisant de projets de création d’EHPAD. Or ce dernier point s’avère crucial pour l’avenir car, afin de conserver la moyenne actuelle de 10 lits pour 100 personnes, il faudrait doubler le nombre de lits d’ici à 2040.

Quelles réponses des acteurs sociaux à la pénurie de places ?

Il faut reconnaître que si la création de nouveaux EHPAD reste timorée, c’est peut-être que la complexité des cahiers des charges et la longueur des procédures d’ouvertures découragent les promoteurs. La solution de l’accueil de jour semble se dégager de la consultation des acteurs sociaux. Les EHPAD auraient alors vocation à être au cœur d’une pluralité de services de proximité qui, tout en assurant des missions connexes ou similaires aux leurs, contribueraient également à les désengorger.

Si les pouvoirs publics semblent être les mieux placés pour répondre à la crise du logement des séniors, chacun peut également prendre sa part de responsabilité face à la dépendance. A l’instar de la société japonaise par exemple, dans laquelle toutes les générations d’une même famille cohabitent souvent ensemble dans des habitats pourtant réputés exigus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *